Un an après le décès de l’iconique Karl Lagerfeld, Baptiste Giabiconi, son protégé depuis maintenant dix ans, sort un livre touchant relatant leur histoire toute droit sortie d’un téléfilm M6.

Mentor ou amant, amour ou amitié, le mannequin devenu influenceur nous raconte sans filtre la naissance de cette idylle peu ordinaire, ses avantages et ses méfaits. 

Tout commence il y a dix ans. Baptiste, âgé de dix-huit ans seulement, débarque à Paris sur les conseils de son agent. Alors que la vie parisienne lui semble triste et froide, à dix mille lieux de son cocon marseillais, il décroche soudain un essai photo avec Karl Lagerfeld qui l’a repéré dans un magazine italien. Depuis ce jour, les deux hommes ne se sont plus quittés. 

0bcad9c1a80cb043f5b2f0e948ed259f.jpg
Illustration : Joshua Servier

La relation privilégiée entre le couturier et le jeune mannequin se transformera en cage dorée.

Il confie dans son livre que le Kaiser a même voulu l’adopter.

Ainsi, le mannequin le suit partout où qu’il aille, dîne avec lui, passe des heures chez Colette, découvre le bal de la rose, où il se sentira intrus, mais surtout, devient son mannequin favori, le propulsant sur le devant de la scène mode.

Il devient son presque-fils et son héritier numéro un. Un conte de fées comme il en devient rare de nos jours.

Si le duo de choc semblaient inséparables, on apprend pourtant que Baptiste fut tenu à l’écart, comme une confirmation de la jalousie « fraternelle » entre le mannequin et Sébastien Jondeau, chauffeur et homme à tout faire du Kaiser, lors des derniers instants de ce dernier. 

Dans Karl et Moi, Baptiste Gabiconi, mannequin favori de Karl Lagerfeld nous raconte une relation aussi complexe qu’unique, celle d’un père et son fils, qui sème parfois le doute sur la nature de cet amour.

S’il ne s’agit pas de grande littérature, Baptiste a pourtant réussi à mettre des mots sur l’histoire qui a passionné les foules à coups de rumeurs et de questionnements.

Père, amant, confident, Baptiste lève le voile et répond aux rumeurs. Il pose les mots sur le papier comme il les pense, donnant à son récit une authenticité dont on ne peut douter.

Alexia Soler

Rédactrice Mode.