« Le sexe et la mode sont intimement liés depuis leur origine, et

de temps en temps, aujourd’hui encore, ils se rejoignent quelque

part sous la ceinture »

Souvenez-vous des sulfureuses campagnes de Calvin Klein dans

les années 80 ou encore de Tom Ford et son fameux porno chic chez Gucci en 1994, sans oublier le légendaire duo

Dolce & Gabbana et leurs publicités aux allures de gang bang des

années 2000.

La mode flirt éhontément avec l’industrie du sexe depuis des

décennies car on le sait le sexe fait vendre et dans tout les

domaines :

 le cinéma, la musique ou encore la littérature (en témoigne le

succès de la saga « Cinquante nuances de Grey »)...

Bref le sexe est partout, et même si les mannequins ne twerkent  pas encore seins nus sur les podiums devant les pigistes

de la presse magazine, la mode est tout de même parvenue à

banaliser l’érotisme, la nudité et la sexualité.

Dès lors, elle se base sur une grande liberté des mœurs et une

absence de distinction entre la gent féminine et masculine.

(Même si de plus en plus les langues se délient et pointent du

doigt un sexisme pernicieux à grand coup de scandales

médiatiques).

La mode, tout comme le sexe, est décomplexée, émancipée,

affriolante, sauvage, parfois obscène, souvent imprévisible et

surtout addictive.

 

Ce sont deux gourmandises dont on raffole, et que nous avons

réunies dans ce numéro.

Alors allez-y ! A consommer sans aucune modération.